1er projet de classe :

Réaliser un recueil d’auto-portraits.

click here

            

2ème projet de classe:

Ecrire une saynète et l’interpréter.

Spectacle:

Mot d’ouverture (Ecrit par la Directrice)

Les élèves des classes de 3ème AP ont le plaisir de vous présenter un spectacle de saynètes imaginées à partir de situations vécues et inspirées par le thème éducatif de cette année.

Vous n’ignorez pas que le thème éducatif de l’école est « Eduquer à construire une civilisation solidaire. »

Ainsi, au cours de cette année, avec nos enseignants, nous avons réfléchi à ce thème en nous intéressant plus précisément à la problématique de l’inclusion et nous nous sommes demandés de quelle manière nous pouvons favoriser des relations inclusives en classe.

La construction d’une civilisation solidaire nécessite au préalable, une éducation basée sur l’acceptation des différences : de couleur de peau, de sexe, de cultures, de religions sans hiérarchie aucune.

L’école est un lieu de mixité où se côtoient des enfants avec un vécu singulier, des origines diverses, des histoires familiales personnelles. C’est un lieu privilégié pour s’exercer à l’apprentissage de la Citoyenneté et du Civisme.

Chacun d’entre eux a besoin d’y trouver sa place pour espérer la trouver dans la société et à son tour faire de la place aux autres. Qui n’a jamais constaté autour de lui des situations de rejet, de repli sur soi, de mise à l’écart ?

Nous, enfants, adultes de demain avons la possibilité de faire bouger les choses en contribuant à partager des valeurs nécessaires « au vivre ensemble ».

C’est un peu ce que nous allons essayer de faire devant vous, à travers les saynètes présentées.


Quelques saynètes présentées:

Au delà de nos différences

Par : Les élèves de la 3ème AP/B

Le lieu : Une école

Les personnages : Les élèves

Introduction :

Les événements de notre saynète, intitulée ‘Au-delà de nos différences !’, se déroulent dans une école qui accueille des enfants de pays différents. A l’école, ils apprennent à vivre ensemble en paix, malgré leurs origines et leurs religions qui ne sont pas les mêmes. On vous laisse apprécier cette saynète que nous avons produite dans le cadre de notre projet de classe sous le thème ‘Eduquer à des relations inclusives à l’école et dans la famille. ‘.

Scène 1

(Les élèves sont dans les coulisses de la salle des spectacles. Ils attendent un signal pour commencer.)

 (Ouverture des rideaux)

Emily : Aujourd’hui est un jour exceptionnel, notre école organise un spectacle payant, au profit des enfants qui souffrent de pauvreté dans des pays défavorisés et exclus dans le monde.

Chloé : C’est un acte de solidarité auquel tout le monde doit penser pour aider les pays, les plus pauvres à se développer.

(Fermeture des rideaux)

(Réouverture des rideaux)

(Les deux enfants brésiliens entrent sur scène et présentent une danse au rythme de la samba brésilienne.)

Alex : Je suis Alex, et elle, c’est Audrey, nous sommes brésiliens.

Audrey : Notre pays se trouve en Amérique et plus précisément en Amérique Latine, la partie où tous les pays ont une langue officielle dérivée du latin (espagnol, portugais et français).

Alex : La capitale de notre pays est Brasilia, sa langue officielle est le portugais et sa monnaie est le réal brésilien.

Audrey : Le Brésil est le cinquième plus grand pays de la planète, derrière la Russie, le Canada, les États-Unis et la Chine.

Alex : 89 % de la population brésilienne est chrétienne.

Audrey : La samba est la danse nationale du brésil.

Alex : Le Brésil est un grand producteur de café.

Scène 2

(Les enfants brésiliens reculent puis une fille chinoise entre sur scène en dansant.)

Lian , après avoir terminé sa danse : Je suis Lian, mon pays d’origine est la Chine.

Audrey : Que peux-tu nous dire sur ton pays ?

Lian : Mon pays se trouve en Asie. C’est le pays le plus peuplé du monde. Sa capitale est Pékin et sa langue officielle est le chinois mandarin. Sa monnaie est le yuan.

La Chine est un pays multi-religieux.

Parmi ses monuments, la grande muraille, c’est l’une des plus belles et des plus impressionnantes constructions sur notre planète.

(Fermeture des rideaux)

Scène 3

(Réouverture des rideaux)

(Les trois enfants sont sur scène, un quatrième enfant apparaît. Il est debout, devant une longue table couverte, avec des ingrédients et des ustensiles de cuisine dessus. Il garnit une pizza en dansant sur le rythme d’une musique italienne.)

Adriano : Je suis Adriano, je représente l’Europe à travers mon pays ‘l’Italie’. La capitale de l’Italie est Rome, sa langue officielle est l’italien et sa monnaie est l’Euro.

Le christianisme est la religion la plus pratiquée en Italie.

L’Italie excelle dans trois domaines artistiques : la sculpture, la peinture et l’architecture.

La cuisine italienne est l’une des principales cuisines mondiales. Parmi ses plats les plus célèbres, on peut citer la pizza et les pâtes.

(Les quatre enfants restent sur scène.)

Scène 4

(Deux filles, issus de l’Australie apparaissent. Elles présentent la danse traditionnelle de leur pays.)

Chloé : L’Australie est un pays dont la superficie couvre la plus grande partie de l’Océanie. Sa capitale est Canberra.

Emily : En 2006, 455 000 personnes en Australie se disaient Aborigènes.

Chloé : L’Australie n’a pas de langue officielle, l’anglais a toujours été considéré comme sa langue nationale.

Emily : L’anglais australien est légèrement différent des autres types d’anglais.

Chloé : La monnaie de l’Australie est le dollar australien.

Emily : L’émeu et le kangourou sont les animaux nationaux de ce pays.

Chloé : Environ 52 % des Australiens sont chrétiens, 30 % de la population n’a aucune religion et le reste est partagé entre l’islam, le bouddhisme et l’hindouisme.

Scène 5

(Tous les enfants sont sur scène, deux  filles marocaines apparaissent l’une après l’autre.)

Rita : Je suis marocaine et je représente l’Afrique, le continent où se trouve mon pays.

Avec Saïda, ma copine de classe, originaire du Maroc aussi, je vous parlerai de mon pays.

Saïda : Le Maroc est un pays situé au Nord-Ouest du continent africain. Sa capitale est Rabat.

Rita : Sa langue officielle est l’arabe et sa monnaie et le dirham marocain.

Saïda : Sa population est de près de 34 millions d’habitants.

Rita : La majorité des marocains sont musulmans.

Saïda : Le Maroc a des atouts qui attirent les touristes. Il est le 2ème pays le plus touristique d’Afrique.

Rita : La cuisine marocaine est caractérisée par sa variété de plats, principalement le couscous, le tajine, la pastilla, etc…

Saïda : Les vêtements traditionnels au Maroc varient selon les régions. Parmi ces costumes traditionnels, on trouve la “djellaba” et  le “caftan“.

Rita : La mosquée Hassan II de Casablanca, qui est une ville du Maroc, est le deuxième plus haut monument religieux de la planète.

Scène 6

(Un garçon, déguisé en globe terrestre, apparaît.)

I : Je suis la Terre. La planète qui vous réunit tous. Je souffre à cause de la pollution et des changements climatiques. Aidez-moi à vivre plus longtemps ! Vous devez tous agir aujourd’hui pour que les générations futures puissent en profiter demain !

Mais vous ne pouvez le faire qu’en évitant le racisme et en privilégiant la solidarité. Quel que soit votre pays, votre religion, votre langue et la couleur de votre peau.

Rita : Le monde passe par une période marquée par l’augmentation des inégalités sociales, par l’exclusion et par la dégradation de ses ressources naturelles.

Lian : Les liens sociaux se fragilisent dans le monde entier, à commencer par les enfants.

La terre : La solidarité est devenue une nécessité pour lutter contre la violence et les guerres.

Tous les enfants, en chœur : Main dans la main, construisons un monde solidaire !

Fin


Le carnaval des métiers

Par : Les élèves de la 3ème AP/A

Le lieu : une maison – une école

Les personnages :

La maman – son fils – sa fille

La maîtresse – les élèves

Introduction :

Les métiers manuels ne sont pas vraiment valorisés dans la société.  Ils ont une mauvaise image qui empêche les parents d’encourager leurs enfants à les apprendre pour en faire des métiers d’avenir. Pourtant ils sont importants dans le développement économique de chaque pays.

Nous avons écrit la saynète ‘Le carnaval des métiers’ pour sensibiliser au respect de toutes les personnes qui exercent ce genre de métiers et nous sommes ravis de vous la présenter.

Scène 1

(Mme Aya  est assise sur un fauteuil en train de lire un livre. Son fils Sami arrive en tenant un bateau en bois.)

Sami : Maman, regarde ! J’ai fabriqué un petit bateau avec des morceaux de bois !

Mme Aya : Bravo, mon fils, ton bateau est très joli !

Sami : J’ai toujours rêvé d’être menuisier. Ah, si seulement je pouvais réaliser mon rêve quand je serais grand !

Mme Aya : Menuisier ! Tu te rends compte ? Je suis sûre que tu plaisantes. N’est-ce pas mon chéri ?

Sami : Non maman, je dis la vérité. Je veux devenir menuisier.

Mme Aya : Oh, mon Dieu ! Quelle horreur !

(Maria, la fille de Mme Aya arrive en tenant une petite robe à la main.)

Maria : J’ai cousu une jolie robe pour ma poupée. J’ai recyclé l’une de mes anciennes jupes, c’est mieux que de la jeter. N’est-ce pas maman ?

Mme Aya : Ne me dis pas que tu veux devenir couturière ?

Maria : Et pourquoi pas ?

Mme Aya, tenant sa tête : Ah, non ! C’est insupportable ! Un menuisier et une couturière, c’est incroyable !

Votre cousin Ghali est architecte et sa sœur Dina est médecin. Ils ont choisi des métiers valorisant. Je croyais que vous alliez penser à la même chose.

Sami : L’architecture ne me dit rien.

Maria : Je ne suis pas Dina et rien ne m’oblige à faire le même choix qu’elle a fait. La médecine ne me tente pas.

Mme Aya : Eloignez-vous, laissez-moi tomber !

(La maman tombe par terre mais ses enfants ne s’en soucient pas.)

Sami : Maman, notre école organise un carnaval sur les métiers. Les parents peuvent y assister.

Maria : La maîtresse nous a dit de choisir des déguisements, j’ai choisi celui du médecin.

Sami : Et moi, celui de l’architecte.

Mme Aya, se relevant : Bravo mes enfants !

Sami et Maria : C’est juste pour le carnaval.

Mme Aya : Eloignez-vous, laissez-moi tomber une deuxième fois !

Scène 2

(C’est le jour du spectacle, la maîtresse fait passer chaque enfant pour parler du métier qu’il a choisi.)

La maîtresse : Chacun de vous parlera du métier qu’il a choisi. Vas-y Camélia.

Camélia : Aujourd’hui, j’ai choisi d’être couturière. Le métier de couturier consiste à créer des vêtements de toute sorte. Il se charge de concevoir de nouveaux modèles, de raccommoder des habits déchirés ou de retailler des vêtements trop larges… Pour exercer ce métier, il faut faire preuve d’imagination, de créativité et de patience.

La maîtresse : Sami, c’est ton tour.

Sami : Je suis déguisé en architecte. C’est l’architecte qui dessine, conçoit et supervise la construction d’un bâtiment, qu’il s’agisse d’une maison individuelle, de logements collectifs ou de bâtiments publics. Il doit être à la fois créatif, à l’écoute de ses clients et il doit respecter les nombreuses normes liées à la construction.

La maîtresse : Akram, vas-y.

Akram : Le mécanicien automobile assure l’entretien, la maintenance et la réparation de véhicules automobiles. Il fait des diagnostics pour détecter l’origine des pannes. Une fois le problème est réglé, il fait un essai sur route et il effectue  les derniers ajustements et réglages techniques.

La maîtresse : Jad, on t’écoute.

Jad : L’agent de police est un fonctionnaire du ministère de l’intérieur, il a pour mission de s’assurer que tout le monde respecte les lois et les règlements. Il veille à ce qu’il y’ait le moins de crimes possibles pour que chaque personne se sente en sécurité.

La maîtresse : Hind, vas-y !

Hind : J’ai choisi le métier de nettoyage. Les agents de nettoyage assurent l’entretien de locaux diversifiés, comme les immeubles, les magasins, les hôpitaux, les restaurants, les écoles, etc…. Sans eux, le monde serait devenu une grande poubelle.

La maîtresse : Maria, à toi la parole!

Maria : Je suis déguisée en chirurgienne. Le chirurgien est le chef du bloc opératoire, il fait des opérations pour sauver des vies et pour guérir ses patients. Avant chaque opération, il rencontre le patient pour des examens et en fonction des résultats, il décide s’il faut opérer ou non. Après l’intervention, il continue à suivre son patient et veille à son rétablissement.

La maîtresse : Sara, vas-y!

Sara : Devenir enseignant, c’est exercer un métier noble, passionnant et exigeant. Celui de participer à la construction de la société en valorisant les compétences des apprenants. Il joue le rôle d’un animateur qui encadre ses élèves et qui leur fournit les outils nécessaires à la construction des savoirs.

Scène 3

(La maîtresse demande aux parents de donner leur points de vue sur le spectacle. Mme Aya se propose et monte sur scène.

Mme Aya : Je suis vraiment impressionnée par ce beau spectacle. Grâce à ces enfants, j’ai compris que tous les métiers ont un rôle important dans la société. Je profite pour attirer votre attention sur un métier qui a une grande importance, c’est celui de la femme au foyer. C’est elle qui s’occupe de ses petits et  qui veille sur le bien-être de sa famille. Elle essaie d’être compréhensive, responsable et affectueuse. Elle apprend à ses enfants à se respecter et à respecter les autres. Elle leur apprend aussi à prendre soin de l’environnement et des animaux.

Ne pensez-vous pas qu’elle mérite nos applaudissements ?

Fin